Archives de Catégorie: Le métier

L’actualité positive: à la recherche des bonnes nouvelles

Il faut voir les choses en face: l’actualité est déprimante ces temps-ci. Il suffit de parcourir un journal ou d’écouter le sommaire du téléjournal pour voir qu’on ne traverse pas une période joyeuse. Les événements internationaux terribles n’aident absolument pas. Pourtant, il se passe encore de belles choses dans le monde. Sinon, la vie serait impossible… L’émission Banc Public de Télé-Québec s’est d’ailleurs intéressée au fait que les médias montrent une grande majorité de mauvaises nouvelles, alors que de belles choses se déroulent aussi sans qu’ils n’en parlent. C’est qu’il y a une raison pour laquelle on serait attiré vers les mauvaises nouvelles. Le petit reportage de quelques minutes est très intéressant. http://zonevideo.telequebec.tv/media/22764/bonne-nouvelle/banc-public

Il existe pourant des endroits où la bonne nouvelle est reine et qui nous prouvent qu’on peut trouver du réconfort dans l’actualité. En voici quelques uns.

Le Huffington Post Québec a une section entière consacrée aux bonnes nouvelles. http://quebec.huffingtonpost.ca/news/bonne-nouvelle/

Le journal des bonnes nouvelles ratisse les journaux pour trouver des événements heureux et inspirants. C’est un site français, donc il n’y aura pas vraiment de nouvelles de chez nous, mais ça fait du bien quand même! http://www.le-jbn.com/

Bonnes nouvelles du jour est un blog, français lui aussi, qui partage une liste de bonnes nouvelles à chaque 18 du mois. http://www.bonnesnouvellesdujour.fr/

Il existe une page Facebook consacré uniquement au partage de bonnes nouvelles de toutes sortes.  https://fr-fr.facebook.com/bonnesnouvellesdumonde

En parlant de médias sociaux, deux jeunes gens de Magog en ont conçu un qui ne partage que des bonnes nouvelles: One Good Action. Tous ceux qui ont une attitude négative ou violente y sont bloqués. J’ai essayé de m’y connecter et la page semble ne plus exister malheureusement, mais ils ont toujours leur page Facebook. J’imagine que le projet est encore en développement. Voici de plus deux articles qui parlent de cette idée.

http://www.lapresse.ca/la-tribune/economie-et-innovation/201502/11/01-4843249-un-reseau-social-100-positif-voit-le-jour.php

http://www.lerefletdulac.com/Actualites/Societe/2015-02-04/article-4030720/Un-reseau-social-exclusif-aux-bonnes-nouvelles/1

https://www.facebook.com/OneGoodActionCommunity/timeline?ref=page_internal

Finalement, GoodnessTV, dont on parle dans le reportage de Banc Public, est une web-télé où on invite au partage de vidéos. Il s’agit à  mon avis du site le plus élaboré du lot. http://www.goodnesstv.org/

L’idée n’est pas de se voiler les yeux sur les horreurs qui se déroulent dans nos vies et dans le monde, loin de là. Il reste que cette abondance de mauvaises nouvelles n’est pas représentative du monde réel et il est tout aussi important partager les choses positives. Sinon, notre perception de la réalité pourrait être faussée. Aussi, ça fait du bien un peu de bonheur!

Connaissez-vous d’autres médias consacrés aux nouvelles inspirantes et positives?

 

 

Publicités

Pertes d’emplois à La Presse: les déboires des quotidiens en bref

Ce matin, nous apprenions que 158 emplois allaient supprimés à La Presse, dont 43 emplois à la rédaction. Ces pertes sont liées à la disparition prochaine de La Presse en format papier la semaine.  Le communiqué officiel apporte quelques précisions.

« Les postes touchés sont des emplois syndiqués, non syndiqués et cadres, et proviennent de tous les secteurs de l’entreprise. Les employés concernés seront rencontrés aujourd’hui et auront accès à des mesures de soutien. Les départs respecteront les conventions collectives en vigueur, notamment en ce qui a trait à l’ancienneté. La presque totalité des départs aura lieu dans trois mois, pour janvier 2016. À l’issue de cette réduction d’effectifs, La Presse comptera 633 employés réguliers. »

Pour plus d’informations, voici la nouvelle rapportée par Le Devoir, ICI Radio-Canada et TVA.

La direction de La Presse veut en effet prendre le virage numérique en mettant l’accent sur sa plateforme La Presse + qu’elle évalue viable. Cette annonce, de même que celle d’abandonner la version papier la semaine, est peut-être un autre signe de la situation difficile de la presse écrite.

Quelques faits

Une étude du centre d’étude sur les médias de l’université Laval dresse un petit portrait de la presse écrite quotidienne qui éclaire un peu la situation. Ces chiffres les plus récents datent de 2013, mais permettent tout de même de comprendre la situation.

Tout d’abord, sans surprise, le taux de lectorat des quotidiens (gratuits et payants) a diminué avec les années. Il est passé de 57% à 48% entre 2001 et 2013. Le Journal de Montréal, par exemple, a perdu près de 50 000 lecteurs réguliers entre 2001 et 2013. La Presse a connu une hausse de 270 000 lecteurs réguliers en 2013, mais celle-ci serait dû à l’apparition de La Presse +. Cela expliquerait faiclement pourquoi La Presse a décidé de mettre plus d’effort sur sa plateforme numérique. Ça reste tout de même un pari un peu risqué, car celon cette étude, moins de 10% des lecteurs ne lisent exclusivement les versions électroniques des quotidiens.

Une chose est certaine, c’est que la situation n’est pas rose économiquement. Les revenus des journaux au Canada ont baissés considérablement. l’Association canadienne des journaux nous informe que les revenus des quotidiens payants du pays ont vu leurs revenus atteindre 1,91 milliards qui correspond à une chute de 15,6% entre 2012 et 2013. Les revenus provenant de la publicité en ligne, bien qu’ils ont doublé depuis 2006, ne peuvent compenser cette perte. Ces recetttes sont en légère baisse depuis 2011 et ne comptaient que pour 12,3% des revenus totaux en 2013.

Pour plus de faits et de chiffres, vous pouvez aller lire cette étude très claire et facile à lire: http://www.cem.ulaval.ca/pdf/pressequotidienne.pdf

Ces faits ne donnent pas plus d’informations sur cette décision de la direction de La Presse. Elle seule peut expliquer ce qui la pousse à changer ainsi de cap. Par contre, ces chiffres montrent que la situation des quotidiens n’est pas facile pour personne et il ne s’agit sûrement pas des dernières pertes d’emploi que nous allons connaître dans le milieu. Malheureusement.

Dans les médias l’an dernier

Il est encore temps au mois de janvier de revenir un peu sur l’année qui vient de passer.

page couverture

source: Influence Communication

Tous les ans, Influence Communication publie un rapport traitant des nouvelles qui ont pris le plus de place dans nos médias durant l’année. Je n’en parlerai pas vraiment parce que tous les journaux et bulletins de nouvelles en ont parlé au mois de décembre et c’est sans surprise que nous avons appris que la nouvelle la plus médiatisée en 2013 fut la tragédie de Lac-Mégantic.

Si ce bilan regorge de statistiques de toutes tout aussi intéressantes les unes que les autres, il présente aussi de nombreux articles et statistiques particulières qui valent le détour. Cette année, l’un d’entre eux m’a particulièrement intéressé: le poids média du Québec à l’étranger.

Dans l’introduction de l’article, nous apprenons qui si le poids médiatique du Québec n’a pas vraiment changé dans la presse internationale au cours des dernières années, la nature de l’information, elle, a radicalement changée. Auparavant, la culture et les attraits touristiques prenaient une place très importante à l’étranger. Or, ces sujets ont perdu en 2012 et 2013 49% de leur intérêt dans les médias étrangers et c’est plutôt des nouvelles plus négatives qui prennent leur place.  Il faut dire qu’on a été gâtés en mauvaises nouvelles cette année quand on y pense.

En première place du palmarès des « nouvelles qui ont fait le plus parlé du Québec dans les médias étrangers » en 2012 et 2013, on retrouve, évidemment, la tragédie de Lac-Mégantic. Dans les position suivantes, certaines nouvelles sont assez étonnantes comme le « pastagate » qui, tout à fait honnêtement, nous a fait un peu honte à l’international…

2-Luka Magnotta

3- Conflit étudiant (manifestations et émeutes)

4-Évasion de Saint-Jérôme

5-Commission Charbonneau et corruption au Québec

6-Un pape québécois ?

7-Attentat au Métropolis le 4 septembre 2012

8-Arrestation de Michael Applebaum

9-Fusillade à Gatineau

10-Explosion à l’usine de feux d’artifice

11-Pastagate

12-Le port du turban au soccer

13-Démission de Gérald Tremblay

14-Procès Shafia

15-Descente policière à l’hôtel de ville de Montréal

À noter que du côté des nouvelles canadiennes, c’est Rob Ford qui a volé la vedette à l’étranger cette année.

C’est évidemment les États-Unis qui parlent le plus de nous, proximité oblige. 62% des nouvelles nous concernant parues à l’international provient de nos voisins du sud. En seconde place vient le Royaume-Uni avec 14% et la France suit avec 9%. La Suisse, la Belgique, le Mexique, l’Australie, la Chine et la Nouvelle-Zélande se partagent les autres parts du gâteau.

L’art pas toujours maîtrisé d’utiliser les médias

Un autre article immanquable de ce bilan: les bogues de l’année ou les personnes qui ont très mal utilisé les médias. La palme revient cette année à Ed Burkhardt, président de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) qui a très mal géré la crise entourant sa compagnie lors de la tragédie de Lac-Mégantic. Les communiqués, quant il y en avait, étaient dans un français ignoble et il a accumulé les déclarations maladroites. Bref, il aurait eu besoin d’un cours de relations publiques…

Mention honorable offerte au maire de Toronto Rob Ford qui a eu beaucoup de mal cette année avec les médias en accumulant les contradictions et les faux pas… Sans compter ses émissions à la radio et à la télévision qui n’ont pas fait long feu.

Les vedettes de nos médias

Pour finir en beauté, voici en vrac les premières places de quelques palmarès, les nouvelles et personnalités qui ont obtenu le plus de poids dans les médias selon différentes catégories. Très peu de surprises à mon avis, mais c’est toujours intéressant de voir de quoi et de qui on a le plus parlé l’an dernier.

Politique québécoise: élection de Denis Coderre à la mairie de Montréal

Politique canadienne: budget fédéral de Jim Flaherty

Économie: entente historique Rogers/LNH: La LNH et le CH à TVA sports au Québec

Art et culture: 85e cérémonie des oscars : deux films québécois en nomination

Santé: crise de l’eau potable à Montréal

Sports: lock-out dans la LNH: entente de principe

Faits divers et judiciaires: tragédie Lac-Mégantic

Science et technologie: Fairfax Financial offre d’acheter Blackberry

Nouvelles internationales: attentat au marathon de Boston : 3 morts et plusieurs blessés.

Nouvelle canadienne la plus citée à l’étranger: frasques de Rob Ford.

Personnalités

Politique : Pauline Marois

Sportive : Michel Therrien

Affaire : Pierre Karl Péladeau

Judiciaires : France Charbonneau

Spectacle : Céline Dion

Internationale : Barack Obama

Médias : Richard Martineau

Entreprise : Hydro-Québec

Je n’ai fait qu’effleurer ce que contiennent les pages de ce bilan. Je vous encourage fortement à jeter un œil sur ce document facile à lire, visuellement très bien fait et rempli d’informations extrêmement intéressantes sur nos médias. http://www.influencecommunication.com/sites/default/files/bilan-2013-qc.pdf

Toutes les données sont © Influence Communication: http://www.influencecommunication.com/

Le risque

Être photographe en zone de guerre… c’est quelque chose. Je ne pense pas être capable d’en dire plus, car il faut sûrement le vivre pour pouvoir vraiment savoir ce que c’est. Mais c’est dangereux, ça c’est certain. Et ce, peu importe le conflit ou l’événement.

Sur le site du journal britannique The Guardian, quelques photographes racontent l’histoire poignante derrière des clichés pour lesquels ils ont failli y laisser leur vie.  Je n’en dis pas plus. Eux, ils étaient sur place et ils savent ce que c’est. À eux la parole!

The shot that nearly killed me

ATTENTION  Je dois vous avertir que les photos sont dures et certaines sont très violentes.