Archives de Catégorie: Bonbon du week-end

Bonbon du week-end: hé oui, encore les années 1980!

Je sais que je ne suis pas la première à parler de ça, loin de là, mais je tenais à partager cette petite trouvaille qui a bien égayé ma semaine. Récemment, une mode est apparue sur Youtube: « remixer » des chansons récentes en chansons des années 1980. La chose est simple: il s’agit d’ajouter beaucoup de synthétiseurs et de batterie électronique. De plus, même si la mélodie reste forcément la même, quelques modifications peuvent donner une couleur rétro aux pièces: des changements d’accords de l’arrangement, l’ajout d’instruments et de solos de guitare ou de saxophone, par exemple. Évidemment, je dis que la chose est simple, il reste que ça demande de bonnes habiletés en musique et en montage, ainsi que beaucoup de travail pour obtenir un tel résultat.

Le résultat, justement, est assez convaincant. L’ajout d’une image trafiquée montrant les vedettes d’aujourd’hui avec des coupes de cheveux et des vêtements typiques d’il y a 30 ans aide aussi à l’immersion. N’étant pas une grande auditrice de radio commerciale, il y a plusieurs des chansons originales que je n’avais jamais entendues. C’est dans ce contexte que le résultat est le plus impressionnant, car on n’a aucune référence pour comparer les deux pièces. Celle qui a été modifiée semble alors sortie véritablement des années 1980.

La chaîne Youtube qui offre le plus de ces « remixes rétros » est celle de Tronicbox, mais il n’est pas le seul à faire ce genre d’exercice. Si vous fouillez un peu sur Youtube, vous pouvez trouver facilement d’autres version de succès d’aujourd’hui à la sauce des années 1980. Tronicbox est néanmoins, à mon avis, le meilleur. On se rend aussi facilement compte que certaines chansons se modifient mieux que d’autres, sûrement à cause de leur mélodie et du style vocal de l’artiste original. J’ignore vraiment quel est le but derrière tout ça, mais l’exercice reste quand même amusant. Décidément, la décénie 1980 fascine ces temps-ci, on la voit partout! Pourtant, elle n’était pas si extraordinaire. Il semble qu’elle évoque tout de même une nostalgie réconfortante pour beaucoup de gens.

Voici Focus d’Ariana Grande version 1985, qui est, quand on y pense, 8 ans avant la naissance de la chanteuse.

À la semaine prochaine pour une découverte BD!

Publicités

L’actualité positive: à la recherche des bonnes nouvelles

Il faut voir les choses en face: l’actualité est déprimante ces temps-ci. Il suffit de parcourir un journal ou d’écouter le sommaire du téléjournal pour voir qu’on ne traverse pas une période joyeuse. Les événements internationaux terribles n’aident absolument pas. Pourtant, il se passe encore de belles choses dans le monde. Sinon, la vie serait impossible… L’émission Banc Public de Télé-Québec s’est d’ailleurs intéressée au fait que les médias montrent une grande majorité de mauvaises nouvelles, alors que de belles choses se déroulent aussi sans qu’ils n’en parlent. C’est qu’il y a une raison pour laquelle on serait attiré vers les mauvaises nouvelles. Le petit reportage de quelques minutes est très intéressant. http://zonevideo.telequebec.tv/media/22764/bonne-nouvelle/banc-public

Il existe pourant des endroits où la bonne nouvelle est reine et qui nous prouvent qu’on peut trouver du réconfort dans l’actualité. En voici quelques uns.

Le Huffington Post Québec a une section entière consacrée aux bonnes nouvelles. http://quebec.huffingtonpost.ca/news/bonne-nouvelle/

Le journal des bonnes nouvelles ratisse les journaux pour trouver des événements heureux et inspirants. C’est un site français, donc il n’y aura pas vraiment de nouvelles de chez nous, mais ça fait du bien quand même! http://www.le-jbn.com/

Bonnes nouvelles du jour est un blog, français lui aussi, qui partage une liste de bonnes nouvelles à chaque 18 du mois. http://www.bonnesnouvellesdujour.fr/

Il existe une page Facebook consacré uniquement au partage de bonnes nouvelles de toutes sortes.  https://fr-fr.facebook.com/bonnesnouvellesdumonde

En parlant de médias sociaux, deux jeunes gens de Magog en ont conçu un qui ne partage que des bonnes nouvelles: One Good Action. Tous ceux qui ont une attitude négative ou violente y sont bloqués. J’ai essayé de m’y connecter et la page semble ne plus exister malheureusement, mais ils ont toujours leur page Facebook. J’imagine que le projet est encore en développement. Voici de plus deux articles qui parlent de cette idée.

http://www.lapresse.ca/la-tribune/economie-et-innovation/201502/11/01-4843249-un-reseau-social-100-positif-voit-le-jour.php

http://www.lerefletdulac.com/Actualites/Societe/2015-02-04/article-4030720/Un-reseau-social-exclusif-aux-bonnes-nouvelles/1

https://www.facebook.com/OneGoodActionCommunity/timeline?ref=page_internal

Finalement, GoodnessTV, dont on parle dans le reportage de Banc Public, est une web-télé où on invite au partage de vidéos. Il s’agit à  mon avis du site le plus élaboré du lot. http://www.goodnesstv.org/

L’idée n’est pas de se voiler les yeux sur les horreurs qui se déroulent dans nos vies et dans le monde, loin de là. Il reste que cette abondance de mauvaises nouvelles n’est pas représentative du monde réel et il est tout aussi important partager les choses positives. Sinon, notre perception de la réalité pourrait être faussée. Aussi, ça fait du bien un peu de bonheur!

Connaissez-vous d’autres médias consacrés aux nouvelles inspirantes et positives?

 

 

Bonbon du week-end: prochain embarquement…

Cette semaine, c’est un bonbon pour les yeux. Dans leur section sur les exoplanètes, la NASA, en collaboration avec le Jet Propulsion Laboratory, présente une page savoureuse de rétro-futurisme. On nous propose quelques activités dont la planification du temps de voyage vers un autre monde. Or, parmi tout cela, le plus intéressant sont les affiches annonçant les différentes destinations. Elles semblent être toutes droit sorties d’un film de science-fiction des années 1950 et sont, selon moi, de petites oeuvres d’art. Quelques exoplanètes sont ainsi devenues des destinations de rêve pour le grand voyageur en vous. Le plus beau dans tout cela? Le tout est monté selon des faits scientifiques rigoureux et on apprend plusieurs choses sur ces quelques planètes. Nous sommes à la NASA après tout, c’est sérieux! Il n’y a que les artistes qui ont laissé aller leur imagination à partir de ces faits. Seul petit bémol à cette page: on en aurait pris bien plus. J’espère que dans l’avenir, elle sera encore plus garnie. Un travail énorme est fait de la part des scientifiques et des astronomes amateurs pour la découverte des exoplanètes. Une fois de temps en temps, c’est agréable de pouvoir juste rêver un peu.

Les affiches sont téléchargeables et imprimables. C’est là que ça se passe: https://exoplanets.jpl.nasa.gov/alien-worlds/exoplanet-travel-bureau/.

Si la recherche d’exoplanètes vous intéresse, je vous encourage à visiter tout le site de Planet Quest; il est rempli d’informations très intéressantes.

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

 

 

Bonbon du week-end: une longue campagne électorale

Je vais essayer de retourner à mon ancienne habitude de terminer la semaine en beauté avec un petit peu de sucré. Lundi, ce sera enfin le terme de cette longue campagne électorale fédérale. Elle a débuté, je vous le rappelle, le 2 août dernier. 78 jours, c’est long. Heureusement, les campagnes électorales ont toujours leur lot de gaffes de la part de candidats ou des chefs, de moments gênants, cocasses ou parfois surréalistes. Il y en a tellement eu qu’il est difficile de se souvenir de tout. Heureusement, les médias sont là pour nous rafraîchir la mémoire. C’est souvent plus exaspérent qu’autre choses, mais il vaut mieux en rire qu’en pleurer.

Mathieu Charlebois de L’actualité revient sur quelques uns de ces petits moments qui ont ajouté du piquant dans la campagne. Des révélation gênantes, des réponses laborieuses à des questions simples, des publicités et produits dérivés hors de l’oridinaire… Bref, rien que des petites perles pour nous ramener le sourire avant de faire notre choix lundi prochain. Mon moment préféré restera, je crois, les phrases au français douteux de Justin Trudeau au débat des chefs de Radio-Canada. «C’est ce que le Parti libéral a un plan pour faire» m’avait laissée un peu perplexe. D’autres moments sont plutôt décourageants, comme cette candidate qui ne savait pas ce qu’était Auschwitz. Le meilleur est dans l’article sur le site web de L’actualité: http://www.lactualite.com/actualites/politique/les-grands-mais-surtout-les-petits-moments-de-lelection-federale-de-2015/ Que du plaisir.

Le journal de Montréal fait aussi sa petite compilation en mettant l’accent sur les gaffes des candidats. Plusieurs d’entre eux ont vu leur campagne se terminer abruptement d’une façon pas très glorieuse. Pour lire l’article de Sarah-Maude Lefebvre, c’est ici: http://www.journaldemontreal.com/2015/10/12/plusieurs-candidats-dans-lembarras

Il y a eu d’autres petits événements que ces deux publications n’ont pas notés.

Infodimanche, un journal de Rivière-du-loup nous montre des pancartes installées au mauvais endroit. Ça arrive parfois parait-il… http://www.infodimanche.com/actualites/elections-federales-2015/257842/des-pancartes-liberales-dans-le-mauvais-comte

Comment a-t-on pu oublier les pancartes « chats » de Chelsea en Outaouais? Cette gracieuseté du Café chat Sibérien fut une petite boufée d’air frais dans une campagne qu’on commençait déjà à trouver longue en début septembre. Pour les revoir, c’est ici.

Finalement, il ne faut pas oublier Wyatt Scott. Ce candidat indépendant dans Mission Matsqui Fraser Canyon en Colombie-Britannique nous avait tous fait sourire avec sa publicité riche en effets spéciaux au tout début de la campagne. Vous pourrez aussi apprécier sa nouvelle publicité avec un Big Foot guitariste. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il sait comment attirer l’attention.

N’oublier pas d’aller voter lundi si cela n’a pas déjà été fait! 

 

 

 

Bonbon du week-end: les bruits de l’univers

Élevons-nous un moment de notre vie terrienne et voyageons un peu avec les sons de l’univers, plus précisément, les sons que produisent certains corps célestes et qu’on est en mesure de capter. Évidemment, il ne s’agit pas d’ondes sonores, ces dernières ne pouvant pas se déplacer dans le vide interstellaire, mais bien d’ondes électromagnétiques qu’on a ensuite transformées en sons, pour faire simple. Les scientifiques captent ces « sons » depuis les années 1970 environ grâce à toutes sortes d’instruments, mais surtout grâce à la sonde Voyager 1. Cette dernière a longtemps été un lien précieux entre nous et les autres planètes et leurs satellites. L’extrait qui suit provient de l’émission « Sky at night » de la BBC. Ce que dit la dame à l’accent savoureux est très intéressant (Dr Maggie Aderin-Pocock pour ne pas la nommer. Elle est co-présentatrice de l’émission et chercheuse à l’University College London), mais ça vaut la peine d’écouter pour seulement prêter oreille à ses sons si uniques et particuliers et qui proviennent de très, très, très, très lointains horizons. 

On peut entendre dans cet extrait les bruits du soleil, de Jupiter,  de Voyager 1 quittant le système solaire (à mon avis le plus impressionnant) et d’un pulsar.

http://www.bbc.com/news/magazine-26464396

On en a parlé aussi à l’émission « C’est pas trop tôt! » d’Ici Radio-Canada Première ce matin même. On y entend notamment d’autres extraits du soleil et de Jupiter, mais aussi des sifflements provenant de notre propre planète, plus précisément de son champ magnétique.

http://ici.radio-canada.ca/emissions/c_est_pas_trop_tot/2013-2014/archives.asp?date=2014%2F03%2F14&indTime=825&idmedia=7040267

 

Bonne fin de semaine!