Archives de Catégorie: Science

Vulcain: la planète insaisissable

Il y a quelques mois, les médias relataient que des chercheurs américains pensent avoir découvert la possibilité d’une très lointaine neuvième planète à notre système solaire. Cette place était autrefois occupée par Pluton qui a depuis été rétrogradée au statut de planète naine. Cette découverte est à prendre au conditionnel, comme c’est le cas avec de nombreuses nouvelles découvertes scientifiques, surtout en astronomie. Il faut savoir que cette planète n’a pas été observée en tant que tel, mais plutôt supposée grâce à des modèles mathématiques. Pour en savoir un peu plus sur cette découverte, je vous invite à lire les articles de La Presse et de Ciel et Espace.

Cette potentielle nouvelle planète m’a fait penser à un événement semblable qui s’est produit à la fin du XIXe siècle, mais qui a un peu disparu dans les méandres de l’histoire de l’astronomie: la planète Vulcain. Non, je ne vous parle pas de Star Trek ici, mais d’une petite planète située entre Mercure et le soleil. En fait, pendant quelques dizaines d’année, cette planète existait dans l’esprit de beaucoup de gens même si on ne l’avait pas directement observée.

Lire la suite

Publicités

Bonbon du week-end: prochain embarquement…

Cette semaine, c’est un bonbon pour les yeux. Dans leur section sur les exoplanètes, la NASA, en collaboration avec le Jet Propulsion Laboratory, présente une page savoureuse de rétro-futurisme. On nous propose quelques activités dont la planification du temps de voyage vers un autre monde. Or, parmi tout cela, le plus intéressant sont les affiches annonçant les différentes destinations. Elles semblent être toutes droit sorties d’un film de science-fiction des années 1950 et sont, selon moi, de petites oeuvres d’art. Quelques exoplanètes sont ainsi devenues des destinations de rêve pour le grand voyageur en vous. Le plus beau dans tout cela? Le tout est monté selon des faits scientifiques rigoureux et on apprend plusieurs choses sur ces quelques planètes. Nous sommes à la NASA après tout, c’est sérieux! Il n’y a que les artistes qui ont laissé aller leur imagination à partir de ces faits. Seul petit bémol à cette page: on en aurait pris bien plus. J’espère que dans l’avenir, elle sera encore plus garnie. Un travail énorme est fait de la part des scientifiques et des astronomes amateurs pour la découverte des exoplanètes. Une fois de temps en temps, c’est agréable de pouvoir juste rêver un peu.

Les affiches sont téléchargeables et imprimables. C’est là que ça se passe: https://exoplanets.jpl.nasa.gov/alien-worlds/exoplanet-travel-bureau/.

Si la recherche d’exoplanètes vous intéresse, je vous encourage à visiter tout le site de Planet Quest; il est rempli d’informations très intéressantes.

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

Source NASA/JPL-Caltech

 

 

Petite hydrographie de notre système solaire

mars

Source: NASA

La grosse nouvelle scientifique des dernières heures est celle de la découverte d’eau liquide très salée sur Mars. La NASA fit cette annonce hier en après-midi, causant un bel enthousiasme dans la communauté scientifique. La possibilité de présence d’eau liquide pourrait, par exemple, grandement faciliter de futurs voyages sur la planète rouge. Cette découverte titille aussi l’imagination, car jusqu’à maintenant, la Terre semblait être le seul endroit où l’eau liquide pouvait couler. Plein d’hypothèses concernant la possibilité de vie sur Mars font alors surface. Or, c’est déjà connu depuis plusieurs années que l’eau existerait ailleurs dans le système solaire. On sait déjà qu’elle existe sous forme de glace ou de vapeur, mais l’eau liquide est aussi une possibilié. Même assez loin de nous.

 

Ganymède. Source: NASA

Ganymède. Source: NASA

Ce sont des lunes de Jupiter et de Saturne qui seraient le plus susceptibles de contenir de l’eau liquide sous une épaisse couche de glace, la plupart du temps. C’est le cas d’Europe, Callisto, Enceladus, Mimas et Ganymède. Dans le cas d’un océan complètement bloqué sous une surface, ce serait très difficile pour la vie d’y évoluer. Seulement Enceladus et Europe seraient soupçonnées de peut-être pouvoir être dans la possibilité d’abriter de la vie. Soyons prudent, car rien ne peut être vérifié pour l’instant. Titan, la lune de Saturne ayant tant fasciné le monde il y a quelques années, pourrait aussi posséder un océan sous sa surface. Il y a aussi Neptune qui possède une lune intéressante. En effet, les scientifiques considèrent la possibilité d’un océan sous la surface de Triton, sans pouvoir le confirmer. Finalement, deux planète naines retiennent aussi notre attention. Pluton pourrait posséder un océan sous sa surface. La mission New Horizon devrait d’ailleurs pouvoir nous permettre d’en savoir un peu plus sur cette hypothèse. Plus près de nous (relativement), Cérès possède une grande quantité d’eau sous forme de glace et une petite partie de cette eau pourrait être liquide. Toutes ces informations sont pour la plupart des suppositions des scientifiques à la suite d’observations. Par contre, pour les 5 premières lunes que j’ai nommées, les indices sont là et sont très forts. Toutefois, rien n’est confirmé à 100%.

L’eau n’est donc pas une exception dans notre système solaire. Par contre, la nouvelle concernant Mars a ceci d’unique: l’endroit où elle été trouvée. Toute cette eau potentielle dont j’ai parlé est sous la surface rocheuse ou glacée des lunes et planètes. Ce serait impossible qu’elle soit présente à la surface en raison des températures et de la pression inospitalières de ces objets célestes. Le fait d’avoir aperçu de l’eau en surface ailleurs que sur la Terre, voilà ce qui est inédit et surprenant. C’est une nouvelle comme celle-là qui nous permet de rêver aux surprises que nous réservent encore notre système solaire et notre univers.

 

Pour une explication pertinente de l’eau sur Mars qui décrit bien ce que c’est concrètement: http://cieletespace.fr/node/19665

Source des informations: NASA

Nommez les mondes éloignés

exoplanet-art-100720-02

source: livescience.com

Encore une fois, parlons d’exoplanètes! Décidément, le sujet est populaire ces temps-ci. Cela fait déjà près de vingt ans que la première exoplanète autour d’une étoile semblable au soleil a été découverte. Plus de 1800 planètes plus tard, la plupart d’entre elles gardent un nom très technique. Il correspond souvent au nom de leur étoile, leur constellation ou de l’appareil qui l’a découverte avec un code chiffré. Par exemple, la planète dont on a beaucoup parlé dernièrement à cause de sa ressemblance avec la Terre se nomme Kepler 452b, car elle tourne autour de l’étoile Kepler 452, découverte par le télescope… Kepler. Tout ceci est bien loin des noms poétiques inspirés de la mythologie que portent les planètes de notre système solaire. Or, cela peut changer!

Depuis peu, l’Union astronomique internationale (UAI) propose un vote populaire pour vingt systèmes planétaires, étoiles comprises. Il y a eu tout d’abord un appel de propositions. Celui-ci étant terminé, tout le monde peut voter pour le nom que ces planètes et soleils vont porter ultérieurement. Par exemple, HD 104985 pourra s’appeler Keposkurepi, Kohaku ou bien Oplotos. J’applaudis cette initiative de l’UAI de faire participer ainsi la population pour nommer les planètes. L’observation de l’espace attire beaucoup de gens qui ne sont pas de le milieu de l’astronomie. C’est une bonne chose que le commun des mortels puisse ainsi participer à la toponymie de la galaxie, même si ce n’est qu’en partie. Pour ceux qui sont intéressés, le vote se termine le 31 octobre 2015 et se déroule sur ce site: http://nameexoworlds.iau.org/exoworldsvote. C’est un très beau site qui présente très bien les différents systèmes et planètes. Je vous encourage à aller donner votre voix!

À la recherche de la vie, très loin d’ici

Cette semaine, l’astrophysicien Stephen Hawkin annonçait un énorme projet très ambitieux de détection

Yuri Milner et Stephen Hawking lors de l'annonce du projet lundi à la Royal Society. (source: cieletespace.fr)

Yuri Milner et Stephen Hawking lors de l’annonce du projet lundi à la Royal Society. (source: cieletespace.fr)

d’intelligence extraterrestre. On en a parlé brièvement dans les médias ces derniers jours, mais les articles étaient souvent avares de détails, se concentrant plutôt sur les déclaration du célèbre scientifique. (pour la nouvelle en question, cliquez ici). Voyons donc d’un peu plus près en quoi consiste ce projet.

Le projet complet se nomme Breakthrough Initiatives et présente deux volets: Breakthrough Listen et Breakthrough Message. Ce qui nous intéresse est la première moitié du projet, Breakthrough Listen.

Ce projet multidisciplinaire d’une durée de 10 ans consiste à surveiller un million d’étoiles et 100 galaxies près de chez nous. Pour cela, deux radiotélescopes  et un télescope d’une grande puissance seront utilisés. Selon le site officiel du projet, les instruments utilisés sont 50 fois plus sensible que certains déjà en fonction pour la recherche d’intelligence extraterrestre. Il couvrent aussi une bien plus grande superficie du ciel (10 fois plus) et du spectre radio (5 fois plus). Certains de ces observatoires étaient déjà utilisés pour recherche de l’intelligence extraterrestre, mais le manque d’argent faisait en sorte qu’ils étaient très peu utilisés. Avec ces nouveaux fonds, leurs heures d’observation vont se multiplier.

Le télescope sera mis en fonction surtout pour la recherche de signaux laser. Les instruments utilisés seraient, une fois de plus, parmi les plus puissants existants. Toujours selon le site web, ils peuvent détecter «un laser de 100 watt (l’énergie d’une ampoule domestique normale) à 25 trillions de milles de la Terre.»(breakthroughinitiatives.org/Initiative/1)  On peut alors voir qu’aucune dépense n’a été négligée pour espérer des résultats satisfaisants. En parlant d’argent, cette partie du programme Breakthrough coûtera à elle-seule 100 millions de dollars. Comme nous l’annonçait les médias au début de la semaine, cet argent sera surtout avancé par Yuri Milner, un milliardaire russe qui a aussi été physicien.

Radiotéléscope de l'observatoire de Green Bank qui sera à contribution dans le projet. (source: Wikipedia)

Radiotéléscope de l’observatoire de Green Bank qui sera à contribution dans le projet. (source: Wikipedia)

Un aspect intéressant du projet est que les données seront tout à fait transparentes et ouvertes au public. De plus, les logiciels utilisés pour analyser ces données seront à code source ouvert, ce qui signifie que n’importe qui possédant le matériel nécessaire pourrait analyser lui-même les données fournies par les différentes observations. Il est facile de prévoir que cette base de données sera énorme. Aussi, d’autre télescopes pourront aussi se joindre aux recherches. Cette grande variété d’instruments d’observation est l’une des forces sur laquelle mise Breakthrough Initiatives. Il faut noter que ce n’est pas exceptionnel dans le monde de l’astronomie de faire participer ainsi le public.

Il y aura aussi une association avec SETI@home pour le stockage des données à l’université Berkeley en Californie. Il s’agit d’une branche de SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) un programme dont le but est aussi de découvrir une trace de vie extraterrestre intelligente. Ayant vu ses fonds diminuer ces dernières années, SETI ressort tout aussi gagnant de cette association.

L’autre partie du projet, Breakthrough Message, est une compétition pour trouver les meilleurs messages à envoyer à des représentants extraterrestres. Le message doit être représentatif de l’humanité et de la Terre. La compétition est ouverte à tous, mais le site précise qu’il n’existe pour l’instant pas de moyen prévu pour envoyer ces messages.

Avec les découvertes récentes de planètes extrasolaire pouvant potentiellement accueillir de la vie, les astronomes et le grand public d’intéressent de plus en plus à la possibilité d’une vie intelligente vivant très loin de nous. De plus, la technologie actuelle est de plus en plus efficace pour observer et écouter l’univers en quête d’un message que nous pourrions intercepter. En plus d’être scientifique, la question devient philosophique puisqu’elle remet en cause notre existence dans l’univers et un contact avec d’autres connaissances. Comme on peut lire dans une lettre ouverte signée par les collaborateurs au projet et des personnalités l’appuyant:

«Because the biggest questions of our existence are at stake. Are we the Universe’s only child – our thoughts its only thoughts? Or do we have cosmic siblings – an interstellar family of intelligence? As Arthur C. Clarke said, “In either case the idea is quite staggering.”That means the search for life is the ultimate ‘win-win’ endeavor. All we have to do is take part.» (breakthroughinitiatives.org/AreWeAlone)

Reste à savoir maintenant si cette ambitieuse entreprise donnera les fruits tant espérés.

Breakthrough Listen en bref

Ce qu’on cherche:

  • Des signaux radio et laser.

Télescopes:

  • Radiotélescope de 100 mètres de l’Observatoire de Green Bank (Virginie de l’Ouest)
  • Radiotélescope de 64 mètres de l’Observatoire de Parkes (Australie)
  • Automated Planet Finder de l’observatoire de Lick (Californie)
  • Une source relate que le radiotélescope d’Arecibo (Porto-Rico) pourrait aussi être utilisé. Avec une antenne principale d’un diamètre de 305 mètres, il est le plus grand radiotélescope au monde.

Les dirigeants du projet (en bref. Je vous encourage à fouiller plus si vous voulez.)

  • Martin Rees: Professeur à l’Université Cambridge, membre de la Royal Society
  • Pete Worden: Astrophysicien, ancien directeur du Ames Research Center de la NASA (ARC).
  • Frank Drake: Fondateur de SETI, professeur émérite à l’Université de Californie, entre autres. Il est une sommité dans la recherche de vie extraterrestre.
  • Geoffrey Marcy: Professeur d’astronomie, Université de Californie. Il est le découvreur de plusieurs planètes extrasolaires.
  • Ann Druyan: Journaliste, écrivaine et vulgarisatrice scientifique. Directrice et cofondatrice de Cosmos Studios.
  • Dan Werthimer: Cofondateur et scientifique en chef de SETI@home.
  • Andrew Siemion: Directeur du centre de recherche SETI à Berkeley.
  • Avi Loeb: Physicien,  directeur de l’Institute for Theory and Computation à Harvard.
  • Yuri Milner: Mécène et fondateur de Breakthrough Initiatives.

Liens pour en savoir plus: