dBDdlS: Voyage en Satanie

Fiche technique

Titre Nombre de pages Auteur(s) Éditeur Sortie
Voyage en Satanie tome 1/2 54 pages Kerascoët et Fabien Vehlmann Dargaud 2011

Choisir cet album à la librairie se fit sans réflexion. J’aime beaucoup Kerascoët (Miss pas touche, Beauté). J’aime aussi beaucoup Vehlmann que j’ai découvert avec Green Manor au tournant des années 2000. Il scénarise aussi Seuls, Spirou et Fantasio et PLEIN d’autres choses. Ensemble, ils ont fait un de mes albums préférés à vie: Jolies ténèbres (que je vous conseille fortement si vous aimez les histoires glauques). Ces deux noms étaient des arguments suffisants pour me convaincre! Bizarrement, je n’avais jamais entendu parler de cette série avant la fin de l’année dernière; elle était totalement passée sous mon radar.

L’histoire

Un petit groupe de personnes dont des scientifiques et un prêtre sont en expédition spéléologique pour retrouver le frère de Charlotte, alias Charlie. Ce scientifique était parti à la recherche d’un continent sous-terrain où les hommes de Néandertal se seraient réfugiés et auraient évolué en des êtres ressemblant à l’image qu’on se fait des démons. Ils s’entendent pour dire qu’ils vont à la recherche de l’Enfer. Chacun à sa motivation, qu’elle soit idéologique scientifique ou seulement familiale pour Charlie. Dans les entrailles de la Terre, ils découvrent une civilisation perdue, de nombreux obstacles plus étranges les uns que les autres et la folie grandissante de certains membres de l’expédition. Ils ne survivront pas tous alors qu’ils semblent être tout près de leur but… C’est parti pour un lugubre et très surprenant voyage au centre de la Terre

Mon avis

Pour ceux qui ne le savent pas, Kerascoët est un duo de dessinateurs formé de Marie Pommepuy et de Sébastien Cosset. C’est un dessin à quatre mains qui offrent beaucoup de nuances, c’est peut-être pour cette raison que je l’apprécie tant. Le dessin des Kerascoët est une fois de plus magnifique dans cet album. Ils ont réussi à donner une grande beauté et une certaine majesté aux décors sous-terrains.

voyage-en-satanie

© Kerascoët et Vehlmann – Dargaud

Le couple de dessinateurs réussit toujours à bien mélanger les ambiances et ils vont d’un dessin très simple, presque naïf, à des décors complexes. Je le répète, la folie tient une bonne place dans cette histoire et les visages des personnages qui perdent la raison sont particulièrement inquiétants.

Je serai honnête, ce n’est pas mon album préféré tant du côté des Kerascoët que de Vehlmann. Il y a notamment quelques intrigues entre les personnages sont bizarrement abordées, à mon avis. Je mets par contre la barre bien haute en raison de leurs autres albums que j’ai adorés. Sans aucun doute, j’ai passé un très bon moment avec cet opus et je suis bien heureuse de l’avoir découvert. À l’image de Jolies ténèbres, leur précédente collaboration, Voyage en Satanie est sombre. Très sombre. On y côtoie la mort, la folie, l’intolérance, la violence, l’être humain dans toute sa laideur. Le lien entre la descente aux enfers au propre comme au figuré est facile à faire et intéressant. L’environnement restreint des cavernes ajoute à l’ambiance. Même si le dessin est beau, on a tout de même l’impression d’être enfermés avec les personnages dans ces lieux infernaux. Heureusement, quelques rayons de lumière, surtout provenant du personnage de Charlie qui est le pilier de cette expédition, vont adoucir l’histoire. Toute l’action ne se déroule pas dans une caverne, je tiens à le préciser. Des retours en arrière de la jeune femme dans un village en pleine campagne permettent une petite bouffée d’air frais et de ciel bleu bien appréciée. Cela même si ces souvenirs sont assez dramatiques. Il y a aussi une bonne dose d’action, bien mise en scène, ce qui n’est pas toujours facile en bande dessinée.

C’est avant tout un récit d’aventure, une quête de tout ce qu’il y a de plus classique dans sa forme. Or, le fond est d’une originalité certaine et une saveur particulière la rend unique en son genre, surtout avec la créativité des décors qu’on n’imaginerait pas nécessairement près du centre de la terre. À lire si vous aimez les histoires surprenantes et qui dérangent un peu.

Malheureusement, le tome deux n’a jamais vu le jour aux éditions Dargaud en raison du succès modeste de la première partie. Cependant, Vehlmann annonça en 2015 sur son blog que les droits du tome 1 ont été achetés par les éditions Soleil et les deux parties seront publiées dans un seul et même volume. Une bonne nouvelle pour ceux qui, comme moi, voudraient connaître la fin de l’histoire!

 

Avez-vous lu cet album? Quel est votre avis?

Publicités

Publié le 13 octobre 2016, dans Bande dessinée, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :