Jeux olympiques d’été-8

Paris 1924

Source: wikipedia

Source: wikipedia

Les premiers Jeux olympiques qui se sont tenus à Paris en 1900 n’ont pas marqué l’histoire. Mal organisés, passé presqu’inaperçus, perdus dans l’Exposition universelle, ils sont plutôt à oublier. Heureusement, la capitale française a pu se reprendre en 1924 pour de seconds Jeux olympiques qui se déroulèrent du 4 mai au 27 juillet. Cette fois-ci, il y a des installations convenables et une organisation efficace.

Bien que la devise Citius, atlius fortius était sur le premier drapeau olympique, c’est à Paris qu’elle fut adoptée officiellement comme devise. Autre nouveauté: les athlètes sont logés pour la première fois dans un village olympique. Loin du confort qu’on leur offre de nos jours, il s’agissait plutôt d’un regroupement de cabanes de bois. Le rituel du lever des trois drapeau (olympique, du pays hôte et du pays hôte suivant) est aussi mis en place pour la première fois à Paris lors de la cérémonie de clôture. Il s’agit aussi de la première cérémonie de clôture à proprement parler. Les Jeux olympiques d’hiver connaissent leur première édition en 1924 à Chamonix; les sports estivaux et hivernaux auront désormais chacun leur événement. Dernière nouveauté, la TSF permet maintenant de commenter les compétitions en direct à la radio. Les médias s’intéressent d’ailleurs de plus en plus aux Jeux olympiques; plus de 1000 journalistes sont présents à Paris en 1924.

Les Jeux de Paris ont été le décor du film Les Chariots de feu (Chariots of fire, 1981) qui raconte l’histoire de deux athlètes britanniques aux Jeux de Paris: Eric Liddel et Harold Abrahams. Comme tous les films se basant sur des faits réels, certains libertés ont été prises avec la réalité, mais le fond de l’histoire est plutôt juste. Une chose est tout à fait exacte: très pieux, Éric Liddel n’a pas participé à la course du 100 m parce qu’elle avait lieu un dimanche. Mais son refus était beaucoup moins spectaculaire que celle relatée dans le film. C’était plutôt une décision stratégique, car il avait concentré ses efforts sur le 400 m. Or, je rappelle que l’énement que j’avais soulevé pour les Jeux de 1900 était qu’une partie de l’équipe américaine d’athlétisme a refusé de participé a une compétition parce qu’elle se déroulait un dimanche. Je trouve seulement amusant qu’un événement semblable se soit reproduit dans la même ville, 24 ans plus tard!

Épreuves et athlètes

Épreuve de cross-country menée par les Finlandais. Source: olympic.org

Épreuve de cross-country menée par les Finlandais. Source: olympic.org

Le règne des Finlandais volants continue! Le champion des olympiques d’Anvers, Paavo Nurmi, continue de gagner des médailles d’or en course de fond dont deux titres à deux heures d’intervalle! Certains de ses compatriotes font aussi belle figure. Ville Ritola, Albin Stenroos et  Elias Katz font aussi de belles performances. L’Américain Johnny Weissmuller a aussi un parcours impressionnant avec quatre médailles en natation. Il a été connu mondialement quelques années plus tard en interprétant le rôle de Tarzan au cinéma. Paavo Nurmi trône au sommet du classement avec cinq médailles d’or, suivi de près par son compatriote Ville Ritola. Le pays vainqueur est, comme c’est de plus en plus l’habitude, les États-Unis avec 99 titres au total.

Dans l’ensemble, l’olympisme devient de plus en plus populaire et 3008 athlètes provenant de 44 pays prennent part aux compétitions. Il y a plusieurs nouveaux venus: L’Irlande, L’Uruguay, l’Équateur, la Lituanie, les Philippines, la Pologne et la Lettonie. Malheureusement, la Grande Guerre est toujours dans les mémoires et certains pays sont toujours exclus des Jeux. Pierre de Coubertin n’aime pas du tout cette situation, car ce qu’il veut, ce sont des Jeux universels qui vont au-delà des conflits.

Un événement

Source: olympic.org

Source: olympic.org

Ces jeux furent très calmes et bien peu d’événement intéressants. La chose qu’on retiendra de ces Jeux est qu’ils sont les dernier du baron Pierre de Coubertin (il a été président du CIO de 1896 à 1925). Il s’est toujours impliqué activement dans l’organisation des Jeux olympiques, même s’ils ne correspondaient pas toujours à ce qu’il voulait, comme on l’a vu dans les articles précédents. L’homme n’était pas sans défauts, évidemment. Comme beaucoup d’Européens de son temps, il avait une vision du monde plutôt centrée sur l’occidental aux dépends parfois des autres nations. Il avait néanmoins des idées plutôt modernes, reliées aux valeurs de l’olympisme. Seulement le fait d’encourager le sport et les compétitions sportives amateures n’était pas très populaire à la fin du XIXe siècle, alors il a dû travailler fort pour vendre son projet. Lors de ses derniers Jeux, de Coubertin était conscient qu’il y avait encore bien des choses à améliorer, comme il l’écrit dans l’introduction du rapport officiel.

 

« Leur célébration successive atteste une montée lente mais certaine. Il importe seulement qu’à la satisfaction légitime causée par la réussite vienne s’ajouter le sentiment des défectuosités dont le redressement s’impose. En disant cela, je ne songe aucunement aux améliorations réalisables dans le domaine technique ; il y a là de l’inépuisable. En des manifestations de pareille envergure, toujours des détails clocheront; toujours on trouvera quelque chose à amender; toujours on voudra ‘faire mieux’, et on y tendra, mais je parle des caractéristiques fondamentales de l’olympisme. » (Rapport officiel des Jeux de Paris 1924: http://library.la84.org/6oic/OfficialReports/1924/1924part1.pdf)

Le Canada

73 athlètes canadiens participent aux Jeux. Le nombre de médailles gagnées a baissé comparé aux années précédentes, mais le nombre de participants augmente. Les Canadiens ont de plus participé aux épreuves de natation, d’athlétisme, de cyclisme, de voile et de lutte. Les Grads d’Edmonton, une équipe féminine de basketball, a remporté le championnat, mais le sport était en démonstration, donc pas encore officiel aux Jeux. Il n’y a, en 1924, encore aucune femme dans la délégation canadienne officielle des Jeux.

Médaillés olympiques Canadiens Paris 1924

Titre Athlète(s) Sport Épreuve
Argent Archibald Black, Colin Finlayson,
George MacKay, William Wood
Aviron Quatre sans barreur – hommes
Argent Arthur Bell, Ivor Campbell, Robert Hunter, William Langford,
Harold Little, John Smith, Warren Snyder, Norman Taylor, William Wallace
Aviron Huit avec barreur – hommes
Argent William Barnes, George Beattie, John Black,
Robert Montgomery, Samuel Newton, Samuel Vance
Tir Tir aux pigeons par équipe – hommes
Bronze Douglas Lewis Boxe Poids mi-moyen – hommes

 

Pour plus d’infos (et même des vidéos!) et de photos!

Les informations de cette série proviennent en partie de:
La fabuleuse histoire des Jeux olympiques
, Robert Parienté et Guy Lagorce, éd. Minerva, 2000

L’histoire des Jeux olympique de l’Antiquité à nos jours, The Associated Press et Grolier , éd. Grolier limitée, 1980
olympic.org
wikipedia.org
olympique.ca

 

Publicités

Publié le 8 juillet 2016, dans Jeux Olympiques, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :