Archives Mensuelles: juillet 2014

Voyage dans le monde du Cosplay 4: qui se déguise?

Le cosplay, c'est pour tout le monde. Alors pourquoi ne pas y aller en famille? Voici  donc le papa 4e Docteur, la maman TARDIS et deux petites Daleks toutes migonnes (Doctor Who).  source

Le cosplay, c’est pour tout le monde. Alors pourquoi ne pas y aller en famille? Le plus intéressant est d’utiliser le même univers pour tout le monde, ici Doctor Who.  source

Encore une fois, il y a une réponse courte à cette question: n’importe qui. Mais je m’intéresserai ici à ceux qui le font de manière régulière.

Pour se consacrer à ce passe-temps de manière sérieuse, il faut être passionné. C’est beaucoup de temps et d’argent à consacrer à quelque chose qui durera rarement plus d’une journée. Il ne faut pas seulement être passionné par les univers desquels on s’inspire mais aussi par la fabrication même du costume. Il faut aimer coudre, confectionner, arranger des perruques, créer des concepts… On peut dire que le cosplayer régulier est un créatif. D’ailleurs, ceux que je connais personnellement qui se costument régulièrement ont tous un autre passe-temps ou un emploi qui demande aussi de la créativité. On doit souvent être habiles de ses mains. En effet, dans les compétitions, une des exigences est que le costume soit le plus possible fabriqué de A à Z. Par contre, ceux qui pratiquent la costumade juste pour le plaisir et sans concourir peuvent plutôt faire preuve d’ingéniosité. On peut, par exemple,  acheter des pièces de vêtement ou des bijoux dans des friperies pour les modifier. Dans tous les cas, il faut aimer ce qu’on fait. Finalement, un trait commun de tous les cosplayeurs est qu’ils aiment Halloween. Ceci n’étonne personne, j’en suis sûre.

Pour résumer, les cosplayeurs peuvent se diviser en catégories. Il y a ceux qui le font seulement pour le plaisir, une fois de temps en temps. Il y a ceux qui prennent la chose plus au sérieux et qui participent à des compétitions. Ces derniers peuvent même voyager pour assister à des congrès ailleurs dans le pays ou le continent. Il y a aussi les « cosplayeurs professionnels » qui sont officiellement invités à montrer leurs créations dans les conventions. Il faut préciser que ces derniers ne sont pas nécessairement payés comme invités, mais plus souvent compensés. Il y a finalement ceux dont la vie professionnelle est étroitement liée à la costumade. Ces derniers méritent une certaine attention.

Ceux qui vivent du cosplay

Techniquement, on ne peut pas directement vivre du cosplay. Il s’agit d’un passe-temps et non d’une source de revenu. Par contre, c’est possible d’en vivre indirectement.

Holly Conrad et Jessica Merizan prennent le cosplay au sérieux...  source

Holly Conrad et Jessica Merizan prennent le cosplay au sérieux… source

Comme établi plus tôt, un cosplayeur doit avoir un esprit créatif et certains d’entre eux voudraient bien vivre de leur talent de création. Ils veulent travailler,  par exemple, dans le domaine des effets visuels ou de la fabrication de costumes et d’accessoires et se servent du cosplay comme carte de visite et portfolio. Pour y parvenir, il faut évidemment avoir atteint un certain niveau et avoir su bien présenter son travail. Toujours est-il que ça peut fonctionner et certains chanceux peuvent quitter leur travail de jour pour se lancer dans leur rêve. Par exemple, Holly Conrad et Jessica Merizan sont deux cosplayeuses qui ont monté une compagnie (Crabcat Industries) qui offre à la fois la fabrication de costumes et la personnification de personnages, entre autres choses.

 

Yaya Han dans un costume d'un pesonnage du jeu vidéo League of Legends.

Yaya Han dans un costume d’un pesonnage du jeu vidéo League of Legends.

Il y a toutefois moyen d’aller plus loin que ça. Prenons comme exemple Yaya Han, une célébrité dans ce milieu. Cosplayeuse depuis de nombreuses années, Yaya Han est maintenant invitée aux plus prestigieuses conventions et souvent juge lors les compétitions. En plus d’être très telentueuse dans la confection de costume, elle l’est aussi pour se vendre et  devenir carrément une marque.  Comme d’autres, elle a souvent un kiosque dans les conventions où elle peut vendre des accessoires de sa fabrication, des calendriers, des photos, etc… Elle a son site web, sa marchandise et elle gère le cosplay comme une entreprise. Dans un épisode de l’émission de télévision « Heroes of cosplay »* dans lequel elle revenait momentanément à la compétition, elle disait explicitement que si elle ne gagnait pas, cela pouvait affecter négativement sa marque. En même temps, elle garde le plaisir de faire ce qu’elle fait et fabrique toujours les costumes qui lui plaisent. Bref, un passe-temps peut devenir une manière de se trouver un emploi dans le domaine dont on rêve. Or comme dans beaucoup de domaines artistiques, il faut de la persévérance, de l’ambition et un talent pour se vendre.

La prochaine fois, nous parlerons du cosplay au Québec.

Suivi de mon costume

Rien cette fois-ci, car je n’ai pas eu le temps de me mettre à la couture et  je suis surtout à la recherche d’une blouse blanche bien précise que je dois acheter.

*Heroes of cosplay présente en surface et de manière très générale l’univers du cosplay en suivant quelques adeptes au fil des conventions. L’émission est diffusée aux États-Unis sur la chaîne Syfy, au Canada sur la chaîne Space et elle sera sur Musique Plus en version française à l’automne.

Publicités