Archives Mensuelles: avril 2014

Suggestions lecture: classiques revisités

La mode des suites,  « reboots » et relectures d’œuvres n’affecte pas seulement le cinéma. C’est une tendance qu’on observe aussi de plus en plus en bande dessinée. On peut être d’accord ou non avec cette mode de reprendre des classique et certains essai ont été, à mon avis, plutôt ratés. Or, je vous en présente ici deux qui valent le détour. Les deux albums sont très différents, car l’un d’entre eux s’attarde à un personnage alors que l’autre est carrément un « reboot » de la série. Par contre, il ont ceci en commun: ils s’adressent à un public plus adulte que leur série d’origine. Ils sont plus violents, plus sombres et plus dérageants. Mais dans les deux cas, c’est assez bien fait pour que ça s’insère tout naturellement dans l’historique ou l’évolution des personnages.

 

© Maltaite & Colman/Dupuis

© Maltaite & Colman/Dupuis

Choc tome 1: Les fantômes de Nightgrave – Colman & Maltaite (Dupuis)

M. Choc est un personnage bien connu des amateurs de BD franco-belge. Créé en 1955 par le scénariste Maurice Rosy et le dessinateur Will,  il est un ennemi récurrent de l’univers de la série Tif et Tondu(pour ceux qui ne connaissent pas Tif et Tondu, voici un petit résumé wikipédien). M. Choc a la particularité d’être toujours coiffé d’un heaume et, comme tout bon méchant de BD, d’être cruel et sans aucune morale. Ce méchant a fasciné beaucoup de lecteurs, car c’est un personnage très énigmatique , mystérieux et insaisissable duquel on ne connait absolument rien.

Avec au scénario Colman et au dessin Éric Maltaite (qui est accessoirement le fils de Will), Choc va au fond des choses et revient carrément sur la vie passée du méchant casqué. Nous suivons deux histoires racontées en parallèle. Tout d’abord celle de Choc tel qu’on le connait qui achète un manoir, puis met en oeuvre un autre de ses plans diaboliques. en même temps, on voit la vie de ses parents, sa naissance, son enfance difficile au service d’une riche famille d’Angleterre, puis en détention pour un vol qu’il n’a pas commis. On voit un brave garçon qui est prêt à tout pour aider sa mère être victime de toutes sortes de violence avant de commencer à sombrer tranquillement dans la cruauté et dans la soif de vengeance.

© Maltaite & Colman/Dupuis

© Maltaite & Colman/Dupuis

La couverture très ordinaire n’est pas à l’image du dessin fourni et très réussi d’Éric Maltaite, un dessinateur avec déjà beaucoup d’expérience derrière la cravate. Le scénario, quant à lui, ose. Il ose surtout dans la violence de certaine de ses scènes qui fait que cet album n’est pas à mettre entre toutes les mains. Tout ce que vit Eden (le véritable nom de Choc, on l’apprend ici) est près de insupportable. Heureusement, l’histoire est entrecoupée d’épisodes suivant Choc adulte. Même s’ils sont aussi violents parfois, ils offrent un relatif répit. Malgré toutes cette violence, on est curieux d’apprendre ce qui arrivera à ce jeune homme pour qu’il devienne ce qu’il est devenu et beaucoup attendent avec impatience le deuxième tome. Il faut spécifier que ce retour dans le passé de M.Choc a été approuvé par Maurice Rosy peu avant sa mort l’an dernier. Le scénariste n’avait pas l’habitude de laisser ses créations à n’importe qui et un tel album n’aurait pu être possible sans son feu vert.

On est donc très loin du style de Tif et Tondu. Or, on est dans un ton tout indiqué pour raconter l’histoire de ce méchant notoire. En effet, il faut vivre d’horribles choses pour devenir aussi terrible.

 

© Maltaite & Colman/Dupuis

© Cambré & Legendre/Paquet

Amphoria tome 1: Bob – Cambré & Legendre (Paquet)

Bob et Bobette sont d’absolues vedette dans la bande dessinée du côté Flamand de la Belgique. Appelée Suske en Wiske en version originale néerlandaise, la série créée par  Willy Vandersteen apparaît pour la première fois en 1945. Ce sont des histoires un peu naïves, très représentatives de ce qui se faisait en bande dessinée à l’époque. Je n’ai  lu cette série que très partiellement, alors je serais bien mal à l’aise d’émettre une opinion à son sujet. Par contre, vu le succès immense que « Bob et Bobette » a connu, j’imagine que c’était bien fait.

Bob et Bobette en version originale! © Vandersteen

Bob et Bobette version originale © Vandersteen

Contrairement à Choc, je n’ai pas eu la chance de lire cet album, mais les commentaires à son propos et les extraits fusent sur Internet. Ceci étant dit, pas besoin d’être un spécialiste de Bob et Bobette pour s’apercevoir que cet album n’a visuellement rien à voir avec la série originale. La couverture seule parle d’elle-même. Tout d’abord, le dessin est à des lieues de la ligne claire de Vandersteen. Il est au contraire tout à fait collé à notre époque, plus énergique, plus réaliste et moins « clair ». Le scénario met en scène Bob et Bobette plus âgés, à la fin de l’adolescence, qui se retrouvent malgré eux sur l’île d’Amphoria en 2047 à la suite d’une mauvaise manipulation du télétemps. L’Amphoria qu’ils ont connue est maintenant plongée dans la terreur par son dirigeant, le diabolique Docteur Crimson et a des airs de monde post-apocalyptique. Dans ce monde inquiétant, Bobette est kidnappée et Bob doit partir à sa recherche.

amphoria_t1_pl01

© Cambré & Legendre/Paquet

Même si cet album s’adresse à un public plus adulte par sa violence, son vocabulaire et son ambiance glauque, il est en même temps resté fidèle au matériel d’origine. En effet, les personnages restent les mêmes et ils conservent leur personnalité et des éléments comme le télétemps et Amphoria sont directement pris de la série. On a, parait-il, l’impression de voir une version rajeunie et modernisée de cette série extrêmement classique. La réaction du public et des fans a été sans équivoque. En Néerlandais, version parue avant la française, l’album s’est écoulé à près de 200 000 exemplaires et les réactions sont très positives. Deux autres tomes sont d’ailleurs déjà parus dans cette langue. Évidemment, cet album a été produit avec l’approbation de la succession de Vandersteen. Le concept a même été créé avec les héritiers eux-mêmes. Le testament de l’auteur prévoyait des limites aux reprises de sa série et il ne suffisait qu’à les respecter.

Comme je l’ai dit plus haut, je ne l’ai pas lu encore, mais je suis très curieuse d’y jeter un coup d’œil.

 

 

Avez-vous lu l’un de ses albums?

 

 

 

 

 

 

Publicités