Suggestions de BD à (re)découvrir

Pour éclairer la grisaille de janvier, voici quelques suggestions de BD qui ont eu des beaux jours il y a quelques années, mais dont on n’entend plus parler dans le grand public.  Si vous croisez l’une d’entre elle, ça vaut la peine de regarder! Ce sont tous des albums et des séries que j’avais beaucoup aimés quand j’étais plus jeune, donc qui datent de la fin des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Il y a énormément de séries excellentes qui ont disparues de cette époque, aussi je n’en mentionne ici que quelques unes. Difficiles à trouver en librairies, il est tout à fait possible de les dénicher en bibliothèque ou dans les librairies de seconde main. Toutes ceci a été publié dans le journal de Spirou qui est tout public, donc elles restent assez sages et peuvent être mises dans à peu près toutes les mains.

Jimmy Tousseul Desorgher et DesbergAlice et Léopold Wozniak et Lapière

© Wozniak & Lapierre/Dupuis

© Wozniak & Lapière/Dupuis

Covers 6 ˆ 8  Jimmy fin.indd

©Desorgher & Derberg/Glénat

L’Afrique au temps des colonies. En tant que petite Nord-Américaine, je ne connaissais pratiquement rien de la colonisation européenne en Afrique. En fait soyons honnête, à part Tintin au Congo, je ne connaissais rien du tout. Alors j’étais fascinée par ces deux séries qui avaient toutes les deux ce cadre et j’en ai appris des choses en les lisant, même si je ne comprenais pas toujours. Aussi, les deux BD abordent le sujet très différemment.

Alice et Léopold suit une famille dans les années 1920 qui possède un plantation de cacao en Afrique. Alice et Léopold sont deux cousins jeunes adolescents témoins avec un peu de candeur des événements très humains et parfois dramatiques qui secouent la petite communauté.

Jimmy Tousseul, en revanche, se déroule dans les années 1960, années de grands bouleversements sur ce continent. On suit alors Jimmy qui est passionné par l’Afrique et qui s’y rend tout d’abord pour retrouver les trace de ses parents. Mais sa passion pour le continent grandit de plus en plus au fur et mesure qu’il la découvre. L’Afrique de Jimmy Tousseul en est une de charmes et de mystères avec des paysages magnifiques mis en valeur. Et il y a un lion domestique. J’ai commencé à aimer cette série à sept-huit ans à cause de ça (il était vraiment cool le lion) et j’ai finalement vu qu’elle avait beaucoup plus à offrir.

Dans les deux cas, on est loin de la superficialité et l’Afrique y est beaucoup mieux dépeinte que dans Tintin au Congo, ça c’est certain!

Chasseurs d’étoiles Wosniak et Yann

©Wozniak & Yann/Dupuis

©Wozniak & Yann/Dupuis

Il s’agit d’une collection pas mauvaise, mais je vous suggère fortement le premier tome, Zoïa, qui se lit très bien en lui-même et qui a été pour moi un coup de cœur. On parle ici d’un sujet très peu exploré dans la fiction en général, les chasseurs de météorites. Zoïa parcours seule le désert de Gobi à la recherche d’une météorite légendaire dans un but très personnel. Elle croise sur son chemin Bu-He, un nomade Ouïgour qui l’aide dans son voyage et Robert Maag, un riche américain qui parcours aussi le désert à la recherche de la même météorite, mais en Hummer. Cet album n’est pas parfait, mais je ne sais pas pourquoi, il m’a vraiment accrochée. La quête pleine d’espoir de Zoïa est touchante et on s’attache aux personnages, aussi désagréables puissent-ils être.

 

 

 

La fille du professeur Sfar et Guibert

©Sfar & Guibert/Dupuis

©Sfar & Guibert/Dupuis

Pour ceux qui aime l’art dans la BD, l’époque victorienne et le romantisme. La momie d’un pharaon tombe amoureux de la fille de l’égyptologue qui l’étudie. Voilà l’histoire toute simple. Illustrée avec un lavis superbe qui traduit très bien l’ambiance pluvieuse et romantique londonienne, on plonge facilement dans cette histoire assez classique finalement malgré la prémisse, mais qui réussi à nous garder en haleine. J’ai appris que l’album avait été réédité dernièrement, donc plus facile à trouver. Un très bel objet qui se lit admirablement bien.

Charly Magda et Lapière

©Magda et Lapierre

©Magda & Lapière/Dupuis

Thriller un peu violent parfois, mais je l’ai lu quand j’étais toute petite et je n’ai jamais été traumatisée… Mais quand même, disons que c’est la série la moins tout public de cette chronique. Charly  reçoit en cadeau de son père le vaisseau du Cap’tain Foudre, son héros de dessin animé préféré. Mais ce jouet est particulier parce que, comme le vaisseau de la télé, il peut voler et tirer un rayon laser… qui tue tous ceux qui veulent faire du mal au jeune garçon. Très rapidement la série évolue et devient plus complexe avec toujours, au centre, ce vaisseau qui tout le monde craint et qui finit par transformer complètement Charly. À noter ici le beau personnage de Catherine, la mère de Charly, une femme avec un courage et une résilience incroyables. Au fil des albums, elle essaie de comprendre son fils et le protège du mieux qu’elle peut, peu importe ce que ça implique.

Je n’ai pas lu par contre les derniers tomes de la série alors que Charly est devenu adolescent et je ne sais pas s’ils sont aussi bons que le reste de la série.

Les démons d’Alexia Ers et Dugomier

©Ers & Dugomier/Dupuis

©Ers & Dugomier/Dupuis

Ce n’est pas une très vieille série mais elle n’est vraiment pas facile à trouver et disparue des écrans radar. Alexia est une jeune exorciste engagée comme stagiaire au CPRS centre de recherche du paranormal qui a comme tâche de protéger le monde des menaces paranormales. Des événements étranges surviennent lors de son arrivée, comme un squelette d’une sorcière de Salem exposé au centre qui commence à reprendre vie. Alexia découvre alors qu’elle n’est peut-être pas tout à fait celle qu’elle pense être. C’est un thriller fantastique de sorcelleries quand même bien documenté, glauque à souhait et qui tient en haleine jusqu’au bout, surtout le premier cycle. La plupart de ceux à qui je propose cette série adorent.

Le privé d’Hollywood Berthet, Bocquet et Rivière

©Berthet & Bocquet-Rivière/Dupius

©Berthet, Bocquet & Rivière/Dupuis

Je pense que j’ai commencé à aimer les récits policiers à cause de cette série. Hippolyte Flynn est un détective privé flegmatique et charmeur à Hollywood dans les belles années ’50. Il doit résoudre des meurtres et crimes auxquels les stars de Hollywood, aussi superbe soit-elles, ne peuvent échapper. Avec un dessin bien glamour et juste assez noir qui colle tout à fait bien avec l’époque et l’ambiance, c’est du polar bien classique et très bien fait. Il n’y a que trois tomes qui ont été édités en intégrale.

Les motards Degotte

©Charles Degotte/Dupuis

©Charles Degotte/Dupuis

Jeux de mots, humour bien classique qui fait mouche, drôle dans le texte comme dans l’image… Comme j’ai aimé cette série étant jeune, et je la relie encore avec plaisir! On suit donc une bande de fanatiques de moto aux caractères tous bien typés : par exemple, celui qui a toujours des accidents, celui qui fait de la vitesse, celui qui s’achète des gadgets, le mécano, etc… et Duhon. Duhon, personnage toujours étonnant au t-shirt expressif, qui parle en pléonasmes et synonymes et qui a le QI d’un pneu tout en faisant preuve d’une certaine sagesse… Juste pour lui, ça vaut la peine d’au moins parcourir cette série.

Ikar Follet et Makyo

©Follet & Makyo/Glénat

©Follet & Makyo/Glénat

Pour les amateurs de fantastique! Nous sommes sur une planète lointaine où les différents peuples barbares sont en féroce guerre. Afin de cesser les hostilités, un prince et une princesse de deux races ennemies s’unissent et ont un fils: Ikar. Ce petit prince de la paix, au sang mêlé jaune, vivra toutes sortes d’aventures dans ce monde peuplés d’êtres étranges. Créatif, fantaisiste, dépaysant, Ikar est une belle petite série où les personnages réussissent à briller même s’ils évoluent dans un monde ou la violence est un jeu. C’est assez spécial comme ambiance!

Entre parenthèses, René Follet est un dessinateur fantastique trop peu connu. Déjà toute petite, j’étais fascinée par ses dessins même si j’étais incapable de lire l’histoire.

Voilà! Ayant très brièvement décrit ces albums et séries tout en espérant leur avoir fait justice, je vous encourage à fouiller par vous-même pour en savoir plus. Bonne lecture!

Publicités

Publié le 15 janvier 2014, dans Billet, lecture, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :