Idée lecture: les pires décisions de l’histoire

Les pires décisions de l’histoire (et les gens qui les ont prises)
Par Stephen Weir; éditions Trécarré; 2010 (2011 pour l’édition française); 256 pages

Le titre parle de lui-même. L’histoire plus ou moins éloignée regorge d’erreurs et de décisions aux conséquences graves. C’est à nous de s’en souvenir pour éviter de les répéter, ce qu’on fait rarement. Cet ouvrage écrit par un diplômé de Cambridge compile quelques unes de ces « décisions idiotes qui ont coûté très cher en vies et en moyens financiers, entraînant parfois la chute de dynasties ou la mort de certains pays. » (page 9)

Ainsi, certaines de ces décisions n’ont tué personne directement, mais ont tout de même eu un impact considérable. Prenons par exemple le scandale d’Enron qui a causé la perte de millions de dollars et des milliers de personnes ont perdu tout l’argent de leur retraite.

Le livre présente 50 « pires décisions de l’histoire » très variées allant d’une avalanche déclanchée par Hannibal au scandale d’Enron en passant par la bataille de la Somme et la recherche du prêtre Jean. La dernière en date est la négligence dans la prévention des tsunamis en Asie qui a causé en 2004 les dégâts dont on se souvient. Des milliers de vies auraient pu être sauvée avec des appareils de détections adéquats.

Le premier événement décrit est par contre un peu inutile: Adam et Ève. C’est présenté d’une manière plutôt ludique et sans se prendre au sérieux en le comparant avec d’autres légendes du même type comme celle de Prométhée, mais je ne vois pas vraiment sa place dans le livre. Par contre, ça colle tout à fait au titre, ça on ne peut pas dire le contraire!

Dans tous les cas, l’écriture est très accessible et claire. L’auteur parvient à expliquer des situations parfois très complexes (comme le déclenchement de la première guerre mondiale) de manière concise et limpide. C’est bien sûr décrit en surface, mais ce qui est intéressant, c’est de voir les causes directes de ces décisions précises.

(Cliquez pour une plus grande image)

Le tout est assez bien illustré avec des cartes, des portraits, des schémas. Comme ce n’est pas un ouvrage continu, ça se lit épisodiquement et ça se garde très bien dans la bibliothèque pour être consulter une fois de temps en temps. Le ton utilisé n’est pas trop didactique et il cherche plus à nous informer qu’à nous enseigner quelque chose et c’est une des raisons qui font que c’est un livre très facile à lire.

(Cliquez pour une plus grande image)

Chaque événement est présenté de la même manière. Sur une page, on lit le nom que Stephen Weir a donné à la décision avec les dates, le coupable, les conséquences et la raison pour laquelle cette décision a été prise. On voit aussi la motivation d’une telle action (orgueil, colère, foi, espoir). Les décisions qui ont mené à la catastrophe de Tchernobyl, par exemple, ont été motivées par de la paresse. Ce ne sont pas que des motivations négatives, car certaines décisions ont été prises avec idiotie certes, mais en partant de bonnes intentions. La décision avec ses tenants et aboutissants est ensuite racontée  en quelques pages.

On peut être d’accord ou non avec les choix faits par l’auteur. Selon l’opinion de chacun, certains événements peuvent sembler avoir plus ou moins leur place et d’autres brillent par leur absence. L’Histoire a trop de mauvaises décisions à ne pas répéter pour toutes les nommer dans les pages d’un seul ouvrage. Je crois que Stephen Weir voulait ratisser le plus large possible en touchant les empires, les dictatures, l’économie, l’exploration spatiale, les phénomènes de société, etc. Peut-être pourrait-il faire un tome 2 pour compiler les oubliés?

Une décision qui aurait eu sa place à mon avis, c’est le rejet de toute la technologie romaine au Moyen-Âge, en particulier les aqueducs et les égouts. C’est quand même l’absence de ces infrastructures et de l’hygiène en général qui a causé la plupart des grandes épidémies dévastatrices de cette époque, entre autre la peste noire.

Malgré ses quelques défauts, dont ceux liés à la traduction notamment, c’est le genre de livre dont on a besoin pour avoir avoir un regard éclairé sur les événements présents. L’humain est très doué pour répéter ses erreurs siècle après siècle. Il n’en tient qu’à nous à ne pas le faire et le seul moyen d’y parvenir, c’est de connaître le passé.

Selon vous, quelle est l’erreur monumentale des derniers 3000 ans à ne pas répéter?

Publicités

Publié le 12 juin 2012, dans lecture. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :