dBD: Le fantôme d’Anya

Fiche technique

Titre Nombre de pages Auteur(s) Éditeur Sortie
Le fantôme d’Anya 224 pages Vera Brosgol (Trad. Fanny Britt) La courte échelle 2012

décidément, j’aime les histoires de fantômes! Après les trois fantômes rencontrés par Rose la dernière fois, voici celui d’Anya. J’avais aussi envie de m’intéresser à de la BD qui s’adresse plus aux jeunes. C’est un album que j’ai vu il y quelques mois alors que je travaillais encore dans une librairie. La couverture m’avait intriguée, je l’avais alors feuilleté et l’avais trouvé intéressant. Je n’ai pu le lire sérieusement que récemment, alors voici ce que j’en ai pensé.

L’histoire

Anya est une adolescente, immigrante russe et obsédée par son poids, ses mauvaises notes et son béguin pour le garçon le plus populaire de l’école. Un jour, en faisant l’école buissonnière, elle tombe par accident dans un puits et rencontre  le fantôme d’Emily, morte au même endroit 93 ans plus tôt. Les jeunes filles, vivant de leur côté chacune une forme de solitude, deviennent amies. Emily aide beaucoup Anya pour améliorer ses notes et devenir plus populaire à l’école. Or, après quelques temps, le fantôme commence à devenir un peu envahissant.

Lire la suite

Publicités

Projet d’écriture 2017: la suite

Bonjour à tous!

Me voici de retour avec quelques nouvelles concernant le projet de livre électronique sur lequel je travaille avec mon amie Christine du site Nous sommes fans. Le livre, qui aura pour sujet l’histoire des conventions au Québec, avance tranquillement mais sûrement. J’ai dû faire un pause en raison d’un nouvel emploi au départ plutôt demandant, mais qui me laisse maintenant un peu plus de temps de libre. Nous allons revoir chacune des conventions que le Québec a connu et connaît présentement. Par contre, nous séparerons le livre de manière générale par thèmes (les activités, le cosplay, l’organisation, les règlement, etc.) parce que beaucoup d’aspects se rejoingnent à travers les conventions et il y avait un grand risque de répétition. C’est Christine qui a eu cette idée et j’étais tout à fait d’accord avec elle, car je m’étais fait une réflexion semblable en compilant des informations.

Je dois dire que j’ai été surprise d’apprendre le nombre de conventions que nous avons à travers la province, qu’elles aient comme sujet rassembleur la science-fiction, les comics, les jeux vidéos ou la culture populaire japonaise (en axant surtout sur les mangas, jeux vidéos et animes). Je me concentre présentement sur deux conventions et j’ai commencé la rédaction de mon premier chapitre. Christine, de son côté, a déjà terminé la rédaction d’un chapitre et travaille maintenant sur son deuxième. En plus des entrevues, la plus belle source d’information pour ce genre de sujet se retrouve sur le web, dans les articles et reportages des médias, généraux ou spécialisés. Jusqu’à maintenant, les organisateurs et participants sont très coopératifs et semblent enchantés de participer à notre projet, ce qui fait vraiment plaisir.

J’ai envoyé aussi des questionnaires à des habitués des conventions ainsi qu’à des exposants. Les réponses que j’ai obtenues sont très intéressantes et donnent un bel éclairage sur les personnes qui participent à ces événements. Je suis impatiente de pouvoir partager tout cela! J’espère bientôt pouvoir accorder plus de temps au projet au milieu de mes semaines chargées. Pour plus d’information sur notre avancement, je vous suggère d’aller visiter le site Nous sommes fans; un bilan y est présenté chaque mois.

Nous avons aussi conçu un petit sondage afin de recevoir un peu plus d’information sur les visiteurs de ces conventions. Si vous visitez ce genre d’événement au Québec, je vous encourage à y répondre. Ce ne sont que quelques questions simples et rapides et cela nous aidera beaucoup. De plus, nous avons décidé de faire tirer un exemplaire gratuit de notre livre électronique parmi tous les répondants!

Cliquez ici pour avoir accès au sondage Merci!

À la semaine prochaine pour une découverte BD qui n’a que trop tardé.

Nominations Oscars 2017: 3e partie

LA LA LAND (Justin Hurwitz)

Cette trame sonore sera jugée un peu différemment des autres. Comme il s’agit d’une comédie musicale, elle surtout composée de chansons. Il va sans dire aussi que la musique tient une place beaucoup plus importante et bien plus à l’avant plan que dans un film ordinaire. De plus, je vais juger la bande originale selon l’album régulier. Je sais qu’il en existe un plus fourni qui a le double de pièces, mais je vais m’en tenir à celui qui est le plus disponible. De toute façon, je pense avoir une bonne idée de l’ensemble avec les 15 pièces de l’album.

La grande force de cette bande originale, c’est qu’elle utilise ces sonorités rétros tout en ayant une touche de modernité qui fait qu’on ne tombe pas trop facilement dans le « déjà-entendu ». On sent l’hommage, mais aussi la volonté de faire quelque chose de bon en soi, sans avoir à se reposer sur des airs et mélodies déjà faits. Ça sonne rétro, jazzé, dansant et on se sent de bonne humeur après avoir écouté ça. Je vais avouer que c’est très agréable après les trames sonores plutôt lourdes que j’ai dû écouter pour cette série. Un des thèmes principaux m’est resté agréablement dans la tête pendant quelques heures. Je n’ai pas beaucoup de choses à dire là-dessus. C’est une musique très agréable et qui rempli parfaitement son mandat de musique de comédie musicale. Toutes les pièces ne sont pas « hop la vie », mais même celles qui sont un peu plus émotives respirent tout de même la bonne humeur. Je comprend pafaitement pourquoi elle semble si appréciée. Le compositeur, Justin Hurwitz, a une carrière très jeune dans le monde des musiques de film. Jusqu’à maintenant, il ne compose que pour Damien Chazelle; il a surtout été remarqué pour la musique de Whiplash. Je suis curieuse de voir la suite de son travail dans les années à venir.

Le point faible de la trame sonore est la voix des deux chanteurs principaux, Emma Stone et Ryan Gosling. Elles sont correctes, justes et pas si désagréables à écouter, mais pas extraordinaires. On sent parfois que certaines notes ne sont plus laborieuses à atteindre et ils ont tous les deux des voix assez douces qui tranchent avec la grandiloquence de certaines pièces. Je conviens que c’est très personnel comme opinion, surtout que je crois que je compare malgré moi avec les voix puissantes des chanteurs des comédies musicales des années 40, 50 et 60. Je sais que d’autres ont bien apprécié leur travail et je peux comprendre.

Mes prédictions: J’hésite entre La La Land et Passengers.

Mes choix: Le choix est particulièrement difficile cette année. Pour la variété des thèmes et des ambiances: Moonlight. Il s’agit aussi de la trame sonore que j’ai le plus apprécié écouter dans son ensemble. Pour la justesse des mélodies, des émotions et des instrumentations par rapport au film (selon ce que j’en sais): Jackie. J’ai aussi un faible pour La La Land pour avoir réussi à faire revivre la comédie musicale très efficacement sans faire trop vieillot.

 

La cérémonie des Oscars se déroulera le dimanche 26 février prochain.

Nominations Oscars 2017: 2e partie

MOONLIGHT (Nicholas Britell)

Un critique sur Youtube a dit de ce film qu’il était l’un des plus déprimant qu’il avait vu cette année (il l’a tout de même classé dans ses films préférés de 2016). J’avais honnêtement un peu peur que la musique soit, elle aussi, très déprimante et d’un genre mélodramatique. J’ai donc été agréablement surprise d’entendre que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas joyeux du tout, mais ce n’est pas larmoyant. La musique est très chargée d’émotions, comme une bonne musique de film se doit de l’être, mais elles ne prennent pas toute la place. Elle reflète néanmoins bien le fait qu’il s’agit d’un film difficile. La musique en tant que telle est si variée, qu’elle s’écoute très facilement seule, ne serait-ce que pour l’instrumentation intéressante, comme les envolées au violon.  Il y a un détail que j’ai beaucoup apprécié et ce sont ces détails qui font la différence entre une bonne trame sonore et une trame sonore correcte. Le film suit la vie d’un personnage enfant, adolescent et adulte, âges représentés par trois différents noms et surnoms qu’il porte: Little, Chiron et Black. Les thèmes différents composés pour chacun de ces « personnages » montre bien la différence entre les trois et l’évolution du jeune homme. J’ai pensé que c’était une belle trouvaille. J’aime beaucoup l’utilisation de différents instruments à l’avant-plan; parfois c’est du violon, parfois du piano ou bien des instruments à vent. Il s’agit de la bande originale la plus variée que j’ai écoutée cette année que ce soit dans les thèmes, la musique ou l’instrumentation. La trame sonore contient quelques chansons et pièces non-originales dont je n’ai pas parlé, mais qui sont dans cette même lignée avec un mélange de classique, de soul et de hip-hop, entre autres.

 

 

PASSENGERS (Thomas Newman)

Je suis toujours un peu difficile quand il s’agit de musique de films de science fiction, car je crois que c’est un genre où on peut sortir de l’ordinaire sans aucune retenue. Or, quand les compositeurs restes conservateurs alors que l’histoire nous emmène sur des chemins étranges et inexplorés, je suis toujours un peu déçue. Ici, je suis satisfaite. La musique décrit très bien l’ambiance d’isolement spatial dont il est question dans le film et propose toute une gamme de couleurs, d’émotions avoir quelques fois très peu de mélodie. Thomas Newman n’est évidemment pas un novice en musique de films avec plus de 30 ans d’expérience, de nombreux prix et 15 nominations aux Oscars derrière la cravate. J’ai toujours trouvé qu’il parvenait parfaitement bien à capturer les moments d’un film dans sa musique. Je pense que c’est encore le cas maintenant. Encore une fois, il y a une belle variété dans les sons et les mélodies avec certaines pièces plus axées sur l’ambiance que les émotions et je trouve que ça convient très bien au huis-clos que le film présente. Il y a même des pièces joyeuses! Par contre, il y a parfois un certain mélange des styles un peu étrange dans les pièces elles-mêmes alors qu’on passe rapidement du piano à des sons un peu plus électroniques. Peut-être que ça fonctionne parfaitement dans le contexte du film par contre. Ce n’est pas de la plus grande originalité, mais c’est efficace et j’imagine que c’est ce qui compte.

À la semaine prochaine pour la dernière partie avec La La Land!

 

Un gros projet pour 2017!

À la toute fin de l’année 2016, une amie me contacte à propos d’une idée de projet qu’on avait lancé plus ou moins en l’air quelques mois plus tôt. Elle me demande si je suis toujours intéressée à y participer et je réponds « mais bien sûr! » aussitôt. Il s’agit de l’écriture d’un livre électronique sur un sujet qui nous intéresse depuis longtemps. Je ne parlerai pas du sujet tout de suite, mais je peux déjà vous dire qu’il a un certain lien avec quelques articles publiés ici et que pexels-photo-68562personne ne semble s’y être encore sérieusement intéressé. C’est pour cela pour nous avons ce projet, pour faire découvrir tout un univers qui nous intéresse, qui passionne beaucoup de gens au Québec et qui mériterait à être plus connu que quelques articles dans les journaux.

Je ne sais pas trop dans quoi je me suis lancée, car je suis déjà très occupée par plein de choses. Or c’est un projet qui me tient à coeur et même si je ne peux pas lui consacrer autant de temps que je voudrais, j’y mettrai le plus d’efforts possibles. Pour l’instant, j’ai beaucoup de choses à lire, des problèmes techniques qui ralentissent le processus, des personnes difficile à rejoindre, mais surtout de belles découvertes et beaucoup de plaisir à fouiller cet univers.

Heureusement, l’amie que j’accompagne dans ce projet est tout aussi motivée que moi et m’encourage beaucoup par son enthousiasme lors des moments de fatigue. Pour l’instant, je suis surtout à l’étape de la documentation. J’ai fait une entrevue, mais en j’en ai beaucoup d’autres en réserve qui s’en viennent. Déjà, je suis emballée par les gens que je rencontre qui ont toute une passion pour ce qu’ils font. Bien que j’ai une expérience de journaliste, écrire un livre documentaire plus axé sur la recherche est un exercice tout à fait différent et le défi en est encore plus grand et plus excitant.

 

Si vous voulez rester au courant du déroulement de notre projet, je vous invite à suivre la page de Nous sommes fans qui en fera un meilleur suivi que moi. Je vais en reparler ici éventuellement lorsque j’aurai du concret à partager. J’écrirai à ce sujet plus souvent sur la page facebook du blog, réservant le blog en lui même pour les plus longs articles. C’est donc à suivre.

À très bientôt!